Notre histoire

La première fois qu’on le voit passer sur la route, ce bus scolaire jaune si souvent vu dans les films américains, on se demande si on n’a pas changé de pays sans s’en rendre compte… Mais non, c’est bien en Suisse, à Chêne-Bourg plus précisément, que l’on se trouve. Ce «school bus» ne transporte pas des enfants de l’école à la maison, mais des hamburgers, à déguster sur place ou à l’emporter! Depuis le début du mois de janvier, il s’installe tous les samedis à la place Favre, à l’emplacement de l’ancienne station-service.

Plus qu’un restaurant, ce bus est un rêve devenu réalité pour son propriétaire, Pascal Boss. C’est avec sa femme, Aimy, que ce cuisinier de métier se lance dans l’aventure et crée le «S’Cool Boss» (on apprécie le jeu de mots). «Au départ, je voulais servir des plats dans un bus TPG, raconte le propriétaire. C’est ensuite que m’est venue cette idée du school bus américain, un véhicule que tout le monde a déjà vu au moins une fois dans sa vie.» La décision est prise, les Boss misent sur une nouvelle vie: «On s’est dit qu’on ne vit qu’une fois et on s’est donné à fond dans ce projet», ajoute-t-il.

Venu tout droit de New York

C’est donc directement à New York qu’ils achètent leur petit bijou. Si l’acquisition s’avère facile pour ce couple qui a vécu une année et demie aux Etats-Unis et qui possède de la famille sur place, les démarches administratives en Suisse prennent en revanche plus de temps. «Le plus compliqué a été le dédouanement et l’immatriculation», relève Aimy Boss. Après trois semaines de traversée de l’Atlantique, le véhicule arrive au Havre en décembre 2013. «On est allé le chercher avec des amis, raconte le cuisinier, les yeux pétillants. On a roulé 24 heures non stop en se relayant pour le ramener ici. C’était une expérience géniale, on a traversé tout la France, les gens nous regardaient avec des yeux étonnés.»

Après six mois de travaux de rénovation, l’engin est fin prêt pour recevoir les premiers clients. Au total, quinze personnes peuvent prendre place dans le restaurant. Si la carte se concentre principalement sur des plats typiquement américains (hamburgers, hot dog, frites), les Boss n’hésitent pas à proposer d’autres types de cuisine lors de locations pour des événements privés: «Nous avons servi un jour une fondue au bord du lac», s’amuse-t-ils. Tous les produits qu’ils utilisent sont issus de la région, sauf le cheddar. La viande est achetée à un boucher chênois, la bière vient de Meinier et tous les pains et autres formes de pâtisseries sont fabriqués par l’association Foyer Handicap, à Carouge.

Enfant des Trois-Chêne

Aujourd’hui, Pascal Boss est un homme heureux. Heureux d’avoir pu s’offrir une nouvelle vie, mais également ravi de mettre à disposition son commerce aux habitant des Trois-Chêne, le quartier de son enfance. Pour celui qui a grandi à Chêne-Bougeries et qui habite désormais à Thônex, il était important de pouvoir le faire vivre à sa façon. «Lorsqu’on était enfant et qu’on passait devant l’ancien mini-golf de Chêne-Bourg, avec un ami, on imaginait qu’on allait créer un jour notre commerce et qu’on allait devenir millionnaire, sourit-il. En fait, j’ai réalisé un rêve d’enfant.» Et même s’il n’est pour l’heure pas millionnaire, la réalisation de la première partie de son désir le satisfait entièrement.

Article: Emilie Nasel (EmilieN)